Create a Joomla website with Joomla Templates. These Joomla Themes are reviewed and tested for optimal performance. High Quality, Premium Joomla Templates for Your Site

Accueil

Un peu d’histoire

France, 2128 AP-JC, région du Puits de dôme dans le massif central.
L’arche Jacques Cartier, surnommé l’Abri, s’éveille de son 18000ème jour d’après. Voilà 51ans que la porte blindée de l’arche s’est fermée sur les quelques derniers rescapés de la société française de 2077.

La 3ème guerre mondiale débuta en 2076 par un conflit américano-chinois et rapidement embrasa le monde. Seule la prévoyance de sociétés privées comme VAULT-TEC aux USA, Miong Tao en Chine et ARCH TECH en Europe purent préserver l’humanité de l’extinction.

Les missiles nucléaires, les armes chimiques et expérimentales, les virus de combat, les nano-armements modernes ainsi que la balistique classique et les mécanoïdes armés autonomes, tout y passa pour réduire l’humanité à une infime fraction de sa représentation.

En 2077, la surface de la terre est devenue un enfer pour les formes de vies classiques et seuls quelques parasites et quelques espèces ultra résistantes parviennent à survivre à l’air libre.
Du jour au lendemain, la vie se tut en surface et seules quelques milliers d’âmes humaines survécurent dans les entrailles des quelques dizaines d’abris parsemés sur la surface de la terre, leur plus grands nombres se trouvant en Chine et aux Etats-Unis.

La France, l’Allemagne et l’Angleterre avaient, sous l’impulsion de la société VAULT TECH américaine, commencé un programme d’Arches similaires aux abris américains mais avec moins de zèle toutefois. Si la qualité des abris européens n’avait rien à envier aux américains, ils n’en étaient pas moins beaucoup plus petits et pouvaient accueillir bien moins d’habitants.

L’Angleterre parvint  à finaliser et mettre en activité 5 abris.

L’Allemagne, éternel bon élève, avait lancé un programme pour 12 abris dans tout le pays dont 4 à Berlin et environs.

En France, le programme ne fut pas pris au sérieux et seuls trois abris furent construis contre l’avis de la population qui voyait en ces trois constructions le signe d’une volonté guerrière et d’un renfermement sur soi par l’expression de dérives sécuritaires. L’Abris de Paris fut terminé le premier et devait être le plus grand, pouvant accueillir en plus du gouvernement et de leurs familles, près de 500habitants. Il était le plus grand d’Europe. Les deux autres furent créent dans les montagnes, l’un dans le massif central au Puits-de-dôme et l’autres dans les Alpes, non loin de la frontière Suisse.

Les français et françaises choisis, le furent sur base de critères objectifs établis par le parlement républicain écolo-centriste de l’époque et ce sont les mérites, titres, professions, compétences et qualifications qui primèrent sur la richesse et la notoriété. Il y eut évidemment quelques passe-droits, quelques accommodements raisonnables et quelques « erreurs de casting » mais lorsque l’état d’urgence et la directive ARCA fut déclenchée, les bénéficiaires de ces précieuses places dans les abris furent évacués dans l’urgence.

Moins de 12heures après la fermeture des Arches, les bombes iraniennes et Egyptiennes frappèrent Bruxelles, Paris et Londres. Les ripostes partirent conjointement de toute part plongeant la terre dans l’Enfer nucléaire et l’apocalypse…

51 ans d’isolement

L’Arche Jacques Cartier surnommée par ses habitants comme « l’Abri » a accueilli à 92% les personnes qu’elle devait accueillir. Au jour J+1, ils étaient 95 dans l’arche qui pouvait accueillir maximum 150 unités biologiques humaines à plein rendement.
L’abri est dirigé par un « superviseur » assisté de « la machine ». La machine c’est ce super calculateur répondant au nom de DIONE et dotée d’une intelligence artificielle surprenante.  DIONE est l’ordinateur qui étudie tout, la qualité de l’air, de l’eau, de l’atmosphère externe, du taux de radiation mais aussi du niveau d’agitation interne, de la fécondité, de la nervosité et des constantes médicales individuelles de chacun.

Les prévisions les plus optimistes pensaient que la vie pourrait reprendre en extérieur après 20 à 30ans mais ce calcul s’avéra rapidement faux et cela eut une conséquence désastreuse sur le mental des humains de l’Abri. Mais DIONE, la machine, continuait son travail inlassablement. Sa structure et ses composants avaient été prévus pour durer au moins 3 à 4 fois plus longtemps, permettant de recycler l’eau, les déchets et la nourriture pendant au moins 90 à 120 années.

Plusieurs décennies passèrent et la civilisation s’organisa en microsociété au sein de l’abri. Les communications, pourtant prévues dans le dispositif, n’avaient jamais fonctionné et aucune sortie n’avait jamais été tentée (ni autorisée par DIONE et  le « superviseur ») aussi les vivants de l’Abri avaient appris à vivre dans leur espace restreint en se reposant quasi exclusivement sur DIONE et leur superviseur.

Les années passèrent, des gens mouraient, d’autres naissaient puis cela s’arrêta. Il y a 23 ans maintenant, quelque chose se produisit sans qu’on ne comprenne quoi mais plus aucune femme ne tomba enceinte. Certains continuaient de mourir et leurs corps étaient remis à DIONE dans l’enfouisseur – recycleur mais  plus aucune naissance toutefois.
Interrogée à ce sujet par le Superviseur, DIONE se contentait de répondre : «  Aucune anomalie détectée ».
Personne n’ayant plus d’accréditation que le Directeur – Superviseur, la situation resta telle qu’elle. La lente érosion des humains de l’Abri avait commencé.

La vie de l’Abri ne fut pas pour autant un fleuve tranquille et plusieurs incidents émaillèrent son quotidien. Et lorsque l’on vit en vase clos pendant des années, chaque incident peut avoir des conséquences désastreuses. Chacun s’était donc vu attribuer des rôles et des fonctions précises avec des emplois du temps minutieux et obligatoires. Ainsi s’écoulait la vie des survivants français qui n’avaient plus de français que le nom et la langue…

Il y a maintenant quelques semaines, DIONE s’est éteinte et le programme de secours de maintenance, CASSIOP s’est mis en route. La voix mécanique de DIONE s’est tue mais « La machine » et son sous-programme assure les systèmes de survies et les scans. Il est toujours possible à l’actuel superviseur (une femme, aujourd’hui) de communiquer manuellement avec le processeur central mais DIONE et son esprit analytique et son humour synthétique ne fonctionne plus.
L’Abri vieillit, mais les paramètres extérieurs ne sont toujours pas bons. Une sortie sous scaphandre serait possible d’après les scientifiques du secteur RD (recherche et développement) mais sur de très petites distances et de toute manière sans espoir de pouvoir respirer à l’air libre.
21 jours que vous êtes dans l’attente. Une fausse désinvolture s’est installée dans l’Abri mais les choses doivent bouger à présent…

Vous êtes un des survivants de l’Abri. Que vous soyez du secteur GOV (gouvernants), SJE (Justice), MECA (Technique), RD (Sciences), BIOS (Ecologie), LOG (logistique), CE (Culture), ESP (Culte), ou même sans secteur (non actif), ce silence de DIONE depuis la première fois de votre vie est consternant autant qu’effrayant ! Et si ce silence de DIONE signifiait que l’Abri se meurt et que vos jours étaient comptés ? Ou si c’était l’inverse, si DIONE se trompait et que la vie était possible dehors…
Serez-vous l’avenir de la société française ou son épilogue ?